Toute proportion gardée


  Toute proportion gardée (2015) Jesso, crayons de plomb, encre et résine sur mannequin en matière plastique.


 Réalisée dans le cadre du cours Dessin: les approches hybrides, cette œuvre met en scène la problématique du dessin en relation avec l’objet. Formellement, il s’agit d’un dessin relevant de l’anatomiste sur un corps synthétique féminin. Plus précisément, la forme de l’œuvre est un moulage unique rappelant le mannequin commercial et ses proportions physiques répondant aux canons de beauté sociétale.

Détourné de sa fonction habituelle, le mannequin de vitrine devient une surface tridimensionnelle se prêtant au dessin. La représentation graphique de la physiologie humaine y propose, selon l’anthologie de l’anatomie artistique*, qu’il n’existe pas de canon absolu. C’est-à- dire qu’il n’y a pas de système de proportions applicable à tous les corps. In fine, Toute proportion gardée révèle ce savoir dont fait obstacle la psychologie sociale actuelle promouvant une vision idéalisée du corps. Il est donc question d’alimenter le désir de voir, de dépasser la vision d’un corps idéalisé, angélisé, hors-sol par le truchement de techniques traditionnelles et actuelles.

*Arnould MOREAUX, Anatomie artistique de l’homme : précis d’anatomie osseuse et musculaire, Paris : Maloine S.A. Editeur, [1975], 404 p.


Anatomie artistique

Vue de l’exposition «Ya une ostie de limite!», Galerie Le repaire des 100 talents

Anatomie artistique

Toute proportion gardée, 2015, Jesso, crayons de plomb, encre et résine sur mannequin en matière plastique, 152.5 x 30 x 25.5 cm